La révolte des algériens(nes) est ainsi engagée dans la restructuration de l’ordre temporel et spatial fondant la colonialité de leur présent et reproduisant les conditions de leur colonisabilité. C’est une lutte contre la subjectivité libérale hégémonique promue par le statu quo, qui réduit l’humanité à la citoyenneté au sein d’un état-nation formé et dirigé de l’extérieur, et à la consommation de biens sur le marché mondial.

Pour une deuxieme republique

Se réapproprier le récit de la révolte algérienne

  • Brahim RouabahChercheur – Militant algérien, doctorant en sciences politique à la City University de New-York

Se réapproprier le récit de la révolte

La révolte populaire en Algérie n’est rien de moins qu’une réaffirmation de ce qu’être humain signifie. Une altération active de l’état d’être d’un peuple. Les Algériens(nes) qui, durant des décennies, ont été réduits à des spectateurs traumatisés ont, une fois de plus, soulevé la poussière et saisi les rênes de l’Histoire. Le peuple (au singulier) ne consent plus à être un objet de l’Histoire, et s’affirme comme un sujet conscient et actif de son propre destin. Un rythme nouveau habite cette indignation populaire, de nouvelles formes de solidarité et de nouvelles manières d’être se constituent.

Une ”élite” moralement défaite, intellectuellement colonisée et techniquement incompétente a, durant si longtemps et en miroir d’elle-même, dépeint et de fait traité les Algériens(nes) comme des brutes inciviles, violentes et politiquement…

Voir l’article original 2 945 mots de plus

Depuis le debut c’est lui « le kaid »Il nous mene en bateau….Il veut le maintien de l’élection présidentielle, lutte contre la corruption, encadrement des marches populaires et complot contre l’armée tels sont les axes majeurs de l’intervention d’hier du chef d’état-major de l’ANP, Gaïd Salah, à partir de la 4ème Région militaire

Pour une deuxieme republique

Présidentielle, complot contre l’armée, lutte contre la corruption: Les nouvelles mises en garde de Gaïd Salah

Maintien de l’élection présidentielle, lutte contre la corruption, encadrement des marches populaires et complot contre l’armée tels sont les axes majeurs de l’intervention d’hier du chef d’état-major de l’ANP, Gaïd Salah, à partir de la 4ème Région militaire. Alors que l’opinion publique s’attendait à de nouvelles déclarations du vice-ministre de la Défense nationale à propos du 4 juillet prochain, le discours du général de corps d’armée est venu confirmer la thèse de la tenue de l’élection présidentielle, démentant ainsi l’hypothèse émise d’une période de transition comme suggérée par l’opposition et par des personnalités nationales. Gaïd Salah, sans pour autant évoquer la date de ce scrutin, affirme que la tenue de l’élection présidentielle exige l’accélération de la mise en place d’une instance indépendante pour organiser et superviser les élections. « Il est certain que l’étape…

Voir l’article original 591 mots de plus

Lire ces articles avec un sens critique aiguisé pour ne pas tomber dans la paranoïa et le jeu du « complot » qui est une vieille pratique de tous les régimes qui refusent d’entendre le cri de leurs peuples. Certains de ces journaux sont des supports où l’on pratique un journalisme de type très spécial : à mi-chemin entre investigation et renseignement (ou «intelligence», comme disent les anglo-saxons). En version longue, ces articles deviennent parfois des livres. Mais c’est le même produit, résultat d’une recette classique immuable, consistant à aligner des faits plus ou moins connus et vérifiables qu’on complète au besoin par des fake news de façon à leur donner un sens voulu et souvent désiré. Et ça marche presqu’à tous les coups ! On lit ça avec gourmandise, parce qu’on a l’impression d’entrer dans les coulisses des grands, d’écouter leurs chuchotements et d’être les voyeurs de leurs intrigues et de leurs frasques. Mais, c’est perfide, car ça nourrit le complotisme, ça rabaisse le journalisme au niveau de l’intox et de la propagande et ça réduit la pensée et l’action politiques à une suite sans fin de guerres d’appareils, où l’on s’affronte à coup de marchandages odieux , de chantages sans scrupules ou de crimes crapuleux. Bien sûr, tout cela existe dans le vrai monde politique et certainement aussi dans le monde diplomatique. Mais c’est plus fréquent et surtout plus «réel» dans les polars et les thrillers… Ou les séries Netflix À la lecture de ces articles publiés en ce moment même de révolution pacifique on devrait conclure, par exemple, que certains tenants du pouvoir actuel dans notre pays sont anti-français et pro-USA. D’autres plus pro-français et anti-americains. On oublie du coup qu’ils sont pas mal proches de milieux Quataris et Séoudiens, lesquels sont intimement liés d’amour et d’intérêt avec Paris et Washington. Il y a certes des vérités et des faits réels dans ces écrits. Ce n’est pas un Scoop lorsqu’on sait que notre pays a toujours été « une proie » pour de nombreux appétits étrangers. Sa position stratégique, son sous-sol très riche, sa superficie , ses structures sociales et économiques , sa population jeune et largement scolarisée , sa pluralité linguistique font de l’Algérie un terrain de convoitises que beaucoup de puissances tentent de mettre dans leur giron. Le projet du « GRAND MOYEN ORIENT » que prône les dirigeants des États Unis d’Amérique dans lequel ils agissent sans se cacher pour faire de l’Algérie un appendice sans honneur est une réalité. Les actions de séduction du conglomérat européen sous la houlette de la France mais aussi les appels du pied des chinois et bien d’autres puissances sont une autre réalité. Tout cela pour dire que notre pays est cerné par des intérêts qui n’ont rien à voir avec les intérêts nationaux et patriotiques. Et lorsque des guerres et des conflits se développent tout près des frontières cela augmente évidemment le risque d’instabilité. Ces ingrédients sont injectés dans ces analyses mais leurs auteurs oublient souvent de préciser que l’Algérie est en danger depuis plus de 30 ans. Lorsque sa voix s’est affaiblie au plan international. Lorsque Chadli a décidé de libéraliser ou plus précisément ultra-libéraliser l’Economie de façon anarchique au profit d’intérêts occidentaux qui ont proliféré au dépend d’intérêts nationaux. Lorsqu’Ouyahia , premier ministre de Zeroual a préparé le terrain pour mettre à genoux le pays en procédant à l’arrestation et mise à la retraite d’office de plusieurs centaines de cadres dirigeants de l Économie , vendu au Dinar symbolique des fleurons de l industrie, dépecer pièce par pièce le reste offrant ainsi le pouvoir et la richesse aux Haddad , Tliba et consorts. La décennie « rouge sang et cendre » a achevé l’ouvrage en décapitant les élites et le tissu social préparant le terreau à la prise de pouvoir du clan Bouteflika. Ces 20 dernières années ont été le parachèvement du plan qui a permis de dilapider les immenses richesses de l’Algerie mettant le pays en risque de faillite par des « prédateurs » qui ont servi leurs propres intérêts et ceux du ou des clans qui leur ont permis de « grossir ». Ces féodaux incultes ne sont devenus riches et tristement célèbres que parce que ce système de prédation a été soigneusement mis en place par des décennies de destruction des fondations de l’Algerie indépendante et d’allégeance aux appétits des plus offrants. De Paris à Washington , de Dubai à la Mecque , de Bruxelles au Luxembourg la carte est vaste ! Ces « analystes » oublient souvent de faire référence au contexte historique du projet national écrit avec le sang d’un million et demi de chouhada. Un projet trahi par un système qui a choisi la corruption comme mode de gouvernance. Sans une vision critique et sans perspective historique, l’approche restrictive de ces analyses peut participer à discréditer la force de ce mouvement en y injectant du brouillard. Et quand c’est flou, la lumière met beaucoup plus de temps à se propager. Ces événements sont occultés peut être sciemment pour dévier le regard de ce qui donne du sens et explicite l’essence même de ce mouvement populaire et massif qui refuse la mort de l’Algerie, sauvegarde sa souveraineté et défend l’avenir de ses enfants. Pour gagner cette bataille contre ce système prédateur, il faut démanteler de façon systématique les mécanismes intimes de cette corruption, déboulonner ses chefs , neutraliser ses réseaux , couper ses tentacules et leurs marionnettes . Il faut une justice libre et indépendante. Une justice crédible qui prend le temps d’instruire les dossiers pour rendre justice « au nom du peuple ». Pour réaliser cet immense espoir il faut garder confiance dans la force de ce mouvement populaire et pacifique, rester unis, avoir du souffle, s’organiser, se munir de détermination infaillible, de patience et de persévérance.

Pour une deuxieme republique

Lire ces articles avec un sens critique aiguisé pour ne pas tomber dans la paranoïa et le jeu du « complot » qui est une vieille pratique de tous les régimes qui refusent d’entendre le cri de leurs peuples.

Certains de ces journaux sont des supports où l’on pratique un journalisme de type très spécial : à mi-chemin entre investigation et renseignement (ou «intelligence», comme disent les anglo-saxons).

En version longue, ces articles deviennent parfois des livres. Mais c’est le même produit, résultat d’une recette classique immuable, consistant à aligner des faits plus ou moins connus et vérifiables qu’on complète au besoin par des fake news de façon à leur donner un sens voulu et souvent désiré. Et ça marche presqu’à tous les coups ! On lit ça avec gourmandise, parce qu’on a l’impression d’entrer dans les coulisses des grands, d’écouter leurs chuchotements et d’être les voyeurs de leurs intrigues…

Voir l’article original 818 mots de plus

Plages interdites aux Martiniquais en Martinique….Des martiniquais veulent juste se promener sur le belles plages. D’après les autorités, ces plages ne leur appartiennent pas. C est un scandale de leur interdire! C’est un scandale de voir autant d’officiers sollicités pour des gens qui veulent juste profiter de leur île!

Visiter Ho Chi Minh-City et ses environs

Pour une deuxieme republique

Visiter Ho Chi Minh-City et ses environs

De l’autre côté de la planète, à l’opposé du Brésil, il y a? Le Vietnam! Notre première destination asiatique après le Brésil. Nous atterrissons à Ho-Chi-Minh-Ville, encore couramment appelée Saïgon et allons remonter le pays du Sud au Nord pendant près d’un mois.Après 7 mois d’Amérique du Sud, on s’était habitué à la circulation dense et chaotique, aux villes gigantesques et à leur air pollué, à la chaleur écrasante… mais tout ça n’était rien comparé à Saïgon!Cœur économique et plus grande ville du Vietnam avec près de 9 millions d’habitants, la ville est constamment en mouvement. Des milliers de scooters créent un vacarme pétaradant permanent (il y en aurait plus de 5 millions). La ville n’est pas vraiment belle, c’est vrai. Mais elle se livre peu à peu, quand on prend le temps de la parcourir à pied.

Nous avons plus…

Voir l’article original 2 439 mots de plus

Pour une deuxieme republique

Le colonel Larbi Chérif évoque le cas Baha Eddine Tliba : «Des dossiers lourds seront dévoilés prochainement»

Le colonel à la retraite,Larbi Chérif, revient, hier, pour faire des révélations sur d’autres affaires de corruption que la justice compte entamer incessamment. Affirmant que de nombreux dossiers seront ouverts dans les jours qui viennent, le colonel a appelé à ne pas se précipiter dans le traitement de ces dossiers et à laisser la justice faire sans travail. «La stratégie actuelle est de reconquérir l’argent public avant de passer à la punition», a affirmé le colonel, appelant, à cet effet, à «donner le temps à la justice pour travailler sereinement». «On ne peut pas ouvrir un seul dossier de corruption et laisser les autres.

Les enquêtes toucheront tous les corrompus», a-t-il assuré, en indiquant que le danger est le fait que les concernés peuvent «effacer les traces». Donnant d’amples détails sur les affaires…

Voir l’article original 168 mots de plus

Sur la route de Setif vers Kherrata nous avons été rattrapés par El Adhan, Mais arrivés à عين ارناة nous avons fait une magnifique rencontre, Des bénévoles qui se dévouent tous les jours pr offrir des repas aux automobilistes de passage. Témoignage de Houssem Et Oussama

Pour une deuxieme republique

Voir l’article original