Jour : 29 mai 2019

USA (et UE). La loi sur l’antisémitisme va rendre le christianisme illégal

USA (et UE). La loi sur l’antisémitisme va rendre le christianisme illégal

Sionisme chrétien«Tout soutien chrétien au mouvement de renouveau national du peuple juif obtenu grâce à la création de l’État actuel d’Israël».

Couleur de la loi: acte accompli sous l’apparence d’une autorisation légale, alors que, dans les faits, un tel droit n’existait pas. Cela s’applique lorsqu’une personne agit sous l’autorité réelle ou apparente du gouvernement.

Aux États-Unis, un rideau de fer autour de la liberté d’expression est en cours de construction au coup par coup, alors que les États US adoptent des lois inconstitutionnelles prétendant cibler «l’antisémitisme». Ces «lois» définissent comme que crimes punissables (aux termes de la loi actuelle sur la discrimination raciale et / ou nouvellement créée Crime de haine couleur de la loi) :  la critique d’Israël, le sionisme, l’influence juive en Amérique, la domination juive des médias et des autres industries, les questions de double loyauté des Juifs, le judaïsme, le Talmud et autres points de discussion publique sur la communauté juive (anciennement connue sous le nom de Question juive), ou l’agenda politique du sionisme.

 L’Amérique pourrait-elle devenir un environnement aussi hostile que l’ancien Israël, emprisonnant ou même tuant ceux qui critiquent les Juifs? Nous avançons rapidement dans cette direction.

Le projet de loi fédéral sur les crimes de haine d’ADL, récemment adopté par la Chambre et le Sénat américains, est conçu pour transformer l’Amérique en une tyrannie des crimes de la parole tout comme l’ancien Israël sous sa direction la plus oppressante. Pasteur Ted Pike

La loi de l’antisémitisme est largement écrite par les juifs sionistes et les sionistes chrétiens, par exemple, en Floride, avec des représentants de l’État comme Randy Fine (juif) qui dit: « Lorsque vous avez des gens ouvertement antisémites qui siègent au Congrès, il est important que l’État de Floride prenne une position ferme contre ce genre de choses« ,

Bien, tout comme son complice sioniste chrétien (baptiste du Sud), le représentantJames Grant, déplore que Washington n’ait pas pris les devants en créant une loi violant le premier amendement, et qui  interdirait toute critique d’Israël, du sionisme, du judaïsme ou de la communauté juive (juiverie). Ces deux personnes et leurs semblables sabotent vigoureusement la Constitution pour appuyer l’agenda sioniste visant à faire taire les critiques.

«C’est dommage que nous devions passer du temps à la législature de Floride à faire cette déclaration, mais la réalité est que nous le faisons», a déclaré Grant. « Washington n’a apparemment pas le courage de faire cette déclaration. »

Selon un article paru dans Southern Baptist Press,, on s’inquiète beaucoup del’idéologie erronée des chrétiens sionistes.

Le Conseil national des Églises (CCN) définit ainsi le sionisme chrétien au sens large: «tout soutien chrétien apporté au mouvement de renouveau national du peuple juif, réalisé grâce à la création de l’État moderne d’Israël». La brochure met l’accent sur une description plus étroite de « une idéologie fondée sur des croyances qui considèrent l’État d’Israël comme divinement ordonné et déterminé par les Écritures avec un rôle central dans l’inauguration de la fin de l’histoire. »

Le commentaire caricature le scénario de la fin des temps adopté par de nombreux évangéliques  » où Juifs non convertis et les non-croyants (y compris les chrétiens considérés comme ayant un statut douteux) sont jugés par la colère de Dieu.  »

Le NCC attribue l’étiquette «d’idéologie égarée» à la conviction que l’État d’Israël a un rôle divin d’ordination dans l’inauguration de la fin de l’histoire. «Le danger de cette idéologie est qu’il s’agit d’une manipulation des Écritures et de l’enseignement chrétiens», a déclaré Antonios Kireopoulos, directeur principal du programme des relations interreligieuses du NCC. « Malheureusement, il a une influence dans les églises américaines, au point que beaucoup de chrétiens bien intentionnés sont persuadés de soutenir les orientations particulièrement destructrices de la politique étrangère américaine en ce qui concerne le Moyen-Orient. »

Selon la brochure du NCC, le sionisme chrétien prône le maintien du contrôle de la Palestine historique, y compris Gaza et la Cisjordanie, exclusivement pour les juifs et le rejet de tout accord de paix fondé sur une solution à deux États. Citant des érudits qui ne trouvent aucune racine dans les enseignements traditionnels de l’idéologie des Sionistes Chrétiens, le NCC soutient les besoins et les droits en matière de sécurité des Juifs et des Palestiniens.

Pasteur chrétien, auteur, animateur de radio et ancien candidat à la présidence des États-Unis, Chuck Baldwin cite des faussetés dans la soi-disant «Bible de référence Scofield», qui explique en partie pourquoi les sionistes chrétiens ont été induits en erreur pour soutenir l’ennemi de l’Amérique et du christianisme. USA. Chuck Baldwin détruit le sionisme chrétien et ses guerres perpétuelles

Cette mauvaise interprétation flagrante de l’Écriture (popularisée par Scofield) a transformé l’Israël moderne en un dieu aux yeux de nombreux chrétiens. Oh, ils n’auraient jamais admis avoir commis le péché d’idolâtrie d’Israël, mais en vérité, c’est exactement ce que beaucoup d’entre eux font.

Après de nombreuses études sur le sujet, je suis convaincu que Cyrus Ingerson Scofield était un agent des Rothschild et que sa référence, dans la Bible, était délibérément utilisée pour aveugler les chrétiens quant à la véritable nature et au véritable objectif de l’état d’Israël actuel. . Et cela a fonctionné – LE GROS LOT. Pour la plupart des chrétiens d’aujourd’hui, l’Israël moderne est un «miracle de Dieu» – un accomplissement de la prophétie biblique – et les Juifs athées, talmudiques et kabbalistes qui contrôlent l’État sioniste sont «le peuple élu de Dieu».

En conséquence, l’Amérique (grâce à soixante-dix ans d’endoctrinement par des dizaines de milliers de pasteurs, de prédicateurs de radio et de télévision, d’églises, de collèges bibliques et de séminaires) est devenue littéralement un paillasson (et un pantin) pour Israël.

Aucun pays sur terre ne pouvait attaquer un navire de la marine américaine (the USS Liberty)) et tuer 34 marins américains en toute impunité. En plus de cela, le gouvernement américain (avec l’aide des principaux médias) a délibérément et agressivement dissimulé cette attaque et s’est même excusé auprès du pays agresseur. Aucun pays sur terre ne pourrait s’en sortir ainsi, sauf Israël. …

En outre, la plupart des invasions, bombardements, conflits militaires et guerres des États-Unis au cours des dernières décennies (y compris les guerres actuelles) n’ont été que des guerres par procuration pour Israël. Les politiques et les programmes pro-israéliens dominent littéralement la politique américaine, les médias et les industries du divertissement – sans parler de la plupart des églises, bien sûr. Et la présidence de Donald Trump n’a fait qu’approfondir l’engouement (voire l’obsession) des chrétiens pour des prophéties dictées par Israël. –

«[Le sioniste Samuel] Untermeyer a utilisé Scofield, un avocat de Kansas City sans aucune formation formelle en théologie, pour injecter des idées sionistes dans le protestantisme américain. »

Antisémitisme – L’homme de paille

L’antisémitisme n’a pas de signification formelle – c’est une étiquette militarisée avec une définition fluide, qui change constamment et s’élargit pour répondre aux exigences de prévention de TOUTE critique des crimes d’Israël (par exemple, US Liberty, 9-11, par exemple, [Voir Voici comment et pourquoi Israël a conçu les attentats du 11/9 dès les années 70] ). ou en soulignant la domination politique juive sur les gouvernements américains et le contrôle total des Juifs sur les canaux d’information tels que les principaux médias.

Le label antisémitisme tente d’assimiler les critiques spécifiques concernant le comportement, les actions, l’influence et les objectifs juifs / sionistes à de vastes catégories de haines raciales ou religieuses. Un homme de paille est alors créé pour court-circuiter la prise en compte de l’inquiétude ou des accusations initiales.

Harold Rosenthal, un sioniste et ancien collaborateur du sénateur juif américainJacob Javits, a déclaré dans une interview au sujet du programme sioniste aux États-Unis:

L’antisémitisme ne signifie pas l’opposition au sémitisme. Il n’y a pas une telle chose. C’est une expression que nous, Juifs, utilisons efficacement comme diffamation – utilisée pour qualifier de bigot, comme vous, les gars – contre tous ceux qui critiquent les Juifs.

L’interview étonnante de Rosenthal est ici, et, en fait, c’était moins de 30 jours après l’interview lorsque le jeune homme de 29 ans a été assassiné à Istanbul.

L’un des principaux objectifs de l’identification d’une personne comme «antisémite» est de mettre fin aux accusations relatives à la tentative juive / sioniste de modifier les lois des États-Unis afin d’empêcher les gens de s’organiser pour mettre fin à l’ingérence israélienne dans le système politique américain. et pour reprendre le contrôle de l’armée américaine, qui s’emploie actuellement à balkaniser le Moyen-Orient pour le compte d’Israël. Ce sont des accusations spécifiques et ne représentent pas la haine du judaïsme ou du peuple juif en tant que race.

De plus, il est important d’éduquer les chrétiens américains sur la manière dont certaines personnes s’identifiant comme chrétiens sont amenées à soutenir un agenda politique, le sionisme, qui prévoit de criminaliser le christianisme conformément aux commandements de leur religion tels qu’ils sont exprimés dans la Torah et le Talmud.

De l’horrible texte de l’Ancien Testament, des 5 livres de Moïse, et en particulier du chapitre intitulé Deutéronome, nous pouvons apprendre que les chrétiens sont étiquetés «idolâtres» et que tout culte en dehors du culte de Jéhovah est une hérésie, la punition de l’hérésie étant la «destruction totale». [1].

Les juifs orthodoxes, le Chabad et le parti politique Likoud ont avisé TOUS les juifs que la Torah et le Talmud sont la loi de ce monde et que le but ultime du sionisme est de placer tous les peuples du monde sous contrôle. cette loi ou la loi Noahide.

Le Dieu haineux et vengeur de l’Ancien Testament est clair quant au traitement réservé aux Gentils et à la façon d’exterminer les dieux gentils et leurs lieux de culte. [2]

Vous détruirez complètement tous les lieux où les nations que vous possédez et qui ont servi leurs dieux, sur les hautes montagnes, sur les collines et sous tout arbre vert. 12: 2

Et quand l’Éternel, ton Dieu, les livrera devant toi; tu les frapperas et lesdétruiras complètement; tu ne feras aucune alliance avec eux, et ne leur feras pas miséricorde. 7: 2

Vous vous en occuperez ainsi. Vous détruisez leurs autels, détruisez leurs images, coupez leurs bosquets et brûlez leurs images taillées au feu. 7: 5

Et tu consumeras tout le peuple que l’Éternel, ton Dieu, te délivrera; ton œil n’aura aucune pitié pour eux; tu ne serviras pas leurs dieux; car ce sera un piège pour toi. Deutéronome Verset 7:16 [italique de l’auteur]

Le Deutéronome, la «seconde loi» ou loi mosaïque, est très spécifique quant au destin de ceux qui ne dénoncent pas le Christ et qui ne suivront pas la loi Noahide concernant les païens, les goyim et les gentils – destruction totale.

Et il livrera leurs Rois entre tes mains, et tu feras périr leur nom de dessous les cieux; et personne ne pourra subsister devant toi, jusqu’à ce que tu les aies exterminés.. 7 :24

Vous brulerez au feu les images taillees de leurs dieux; tu ne desireras pas l’argent ou l’or qui sont dessus, et tu ne les prendras pas pour toi, de peur que par là tu ne sois pris dans un piege; car c’est une abomination pour l’Eternel, ton Dieu; 7 :25

Loi biblique et noahide: détruire  le christianisme et l’islam est l’objectif israélien 

L’évolution de la charge d’antisémitisme

Le terme antisémitisme a été inventé en 1879 par l’agitateur allemand Wilhelm Marr pour désigner les campagnes anti-juives en cours en Europe centrale à cette époque. Bien que le terme ait maintenant un sens large, il est impropre dans la mesure où il implique une discrimination à l’égard de tous les sémites. Les Arabes et les autres peuples sont aussi des sémites, et pourtant ils ne sont pas la cible de l’antisémitisme tel qu’il est généralement compris. Le terme est particulièrement inapproprié en tant qu’étiquette pour les préjugés anti-juifs, déclarations ou actions des Arabes ou d’autres Sémites. – Encyclopedia Britannica 

À partir de la fin des années 1800, avec la création de l’Organisation sioniste mondiale et du «Manifeste du communisme» juif (marxiste), l’expression «antisémitisme» a été inventée dans le but de faire taire les critiques du complot messianique sioniste / juif visant à conquérir le monde, éliminer les autres religions, et en asservissant ou «détruisant complètement» les populations non juives. L’objectif ultime étant alors la création d’un gouvernement mondial unique – dirigé par Jérusalem – comprenant un tribunal mondial, une monnaie mondiale et la fin de tous les États-nations à l’exception de la Russie. Selon le premier Premier ministre d’Israël, Bolshevik Ben Gurion, ancien de la Pologne sous contrôle soviétique:

«Dans mon imagination, voici comment je vois le monde 1987. La guerre froide sera une chose du passé. La pression interne de l’intelligentsia en Russie, qui ne cesse de croître, pour plus de liberté et la pression des masses pour élever leur niveau de vie peuvent conduire à une démocratisation progressive de l’Union soviétique…

        «… D’autre part, l’influence croissante des travailleurs et des agriculteurs et l’importance politique croissante des hommes de science pourraient transformer les États-Unis en un État social doté d’une économie planifiée. L’Europe occidentale et orientale deviendront une fédération d’États autonomes à régime socialiste et démocratique.

        «À l’exception de l’URSS en tant qu’État eurasien fédéré, tous les autres continents s’uniront dans une alliance mondiale à la disposition de laquelle se trouvera une force de police internationale. Toutes les armées seront abolies et il n’y aura plus de guerres.

        «À Jérusalem, les Nations Unies (véritablement des Nations Unies) vont construire un sanctuaire des prophètes pour servir l’union fédérée de tous les continents; ce sera le siège de la Cour suprême de l’humanité, pour régler toutes les controverses entre les continents fédérés, comme l’a prophétisé Isaïe… »Ben Gourion, comme indiqué dans Look Magazine, 1962

Les chrétiens sont antisémites

Selon Abraham Foxman, ancien directeur de la Ligue anti-diffamation (ADL [3]) de B’nai B’rith [4] et actuellement chef du Centre pour «l’étude de l’antisémitisme» au Museum of Jewish Heritage de New York:

Foxman affirme que le christianisme moderne est donc basé sur des mensonges haineux et vengeurs répandus par le Nouveau Testament. Il dit que l’évangélisation pratiquée par les chrétiens dévots est également antisémite. « Bien qu’elle soit supposée être motivée par l’amour des Juifs, cette idée [que les Juifs doivent être convertis] est fondamentalement antisémite en ce qu’elle dénigre implicitement la valeur de la croyance juive. »

Selon le rabbin Shlomo Avine:

En effet, le christianisme est une déesse déguisée dans la croyance en l’unité. Mais travailler le père et son fils ensemble est une idolâtrie. Les musulmans considèrent également le christianisme comme une idolâtrie.

Mais les chrétiens ne méritent-ils pas le châtiment pour tout ce qu’ils nous ont fait? Ils doivent être punis. Ils sont notre ennemi numéro un à travers l’histoire. –Le rabbin juif, Shlomo Avine

Liste partielle des définitions de l’antisémitisme en constante expansion

1   Critique du sionisme, «l’antisionisme est maintenant appelé antisémitisme»

2   Les défenseurs de la civilisation ethnique blanche sont désormais des «suprémacistes blancs», assimilés aux nazis et donc à l’antisémitisme.

3    La critique des politiciens juifs à double citoyenneté est antisémite.

4    Toute discussion sur la double nationalité israélienne aux États-Unis est antisémite.

5    La critique du traitement réservé aux Palestiniens par le gouvernement israélien est antisémite

6    Affirmer qu’Israël et le Mossad étaient à l’origine du 11 septembre 2001 est antisémite, quelles que soient les preuves.

7   Affirmer que ce sont surtout les Juifs qui sont derrière la loi sur le contrôle des armes à feu est antisémite

8    Discuter de l’Holocauste est antisémite selon la définition de l’antisémitisme donnée par le Département d’État américain.

9   Toute critique d’Israël est de l’antisémitisme

10   Boycott des produits israéliens ou boycotter Israël est de l’antisémitisme

Selon un article de l’Institute for Historical Review, l’accusation d’«antisémitisme» vise en réalité à protéger un groupe religieux / racial contre toute critique:

  1. 1. Le judaïsme est un pouvoir politique et social établi aux États-Unis. En accord avec les principes démocratiques de notre société, il est moralement et politiquement correct de critiquer la communauté juive et son pouvoir politico-culturel.
  2.  La puissance de l’accusation d’antisémitisme – sa capacité à faire taire les critiques de tout ce qui juif – ne découle pas de la force de la raison, mais de la force d’une convention culturelle irrationnelle, profondément enracinée, spécifiquement, l’association irréfléchie d’un sentiment de malfaisance avec la critique des juifs.
  3.  L’accusation d’antisémitisme est une épée et un bouclier juifs. Une épée juive, c’est une attaque ad hominem contre toute critique des Juifs. En se concentrant sur le caractère du critique, il incite les gens à rejeter ses affirmations sur le comportement juif, sans examen équitable.

Comme bouclier juif, l’accusation sert de mécanisme de défense psychologique permettant au peuple juif de se protéger des critiques trop douloureuses pour pouvoir y faire face consciemment.

Sur le plan politique et sociologique, l’accusation d’antisémitisme est une arme puissante de l’establishment culturel et politique juif, utilisée de manière non démocratique pour faire taire ses opposants et permettre à cet establishment de fonctionner en toute impunité. Ainsi, l’accusation d’antisémitisme est un outil essentiel du pouvoir et de l’influence juifs.

  1.  Dans notre société, presque toutes les formes de pouvoir social et politique ont leur part de critiques. La bureaucratie gouvernementale, le soi-disant complexe militaro-industriel, la CIA, les grandes entreprises, l’Église catholique, les fondamentalistes chrétiens, les compagnies pétrolières, Donald Trump, la gauche politique, la droite politique: tous ont leurs critiques virulentes.

Des berceaux aux tombes, on dit aux Américains que leur pays est le «pays de la liberté», le «foyer de la liberté d’expression», le pays dans lequel les citoyens sont en mesure de remettre en question toutes les formes d’influence sociale et politique. Si quelqu’un,  pour une fois, invoque ce droit à la liberté d’expression pour critiquer le pouvoir et l’influence du judaïsme américain, les conventions culturelles en vigueur exigent que nous le qualifions d’antisémite.

Notre philosophie démocratique permet la légitimité politique et morale de la critique des Juifs en tant que groupe. Si toutes les formes d’influence sociale et politique ont des critiques tolérées, voire respectées, alors laissez la critique de l’influence juive s’exprimer ouvertement. Selon les canons de notre société libre, même les Juifs devraient bénéficier d’une discussion ouverte sur le pouvoir des Juifs en matière de politique, d’économie et de culture dans l’Amérique moderne.

Les États-Unis ont maintenant un tsar de l’anti-sémitisme au Département d’État. Comment la création d’un tsar chargé de surveiller et de sanctionner les manifestations d’antisémitisme est-elle compatible avec le Premier amendement de la Constitution?

La clause «d’établissement de la religion» du premier amendement signifie au moins ceci: ni un État ni le gouvernement fédéral ne peuvent établir une église. Aucune loi ne peut non plus adopter des lois qui aident une religion, toutes les religions ou préfèrent une religion à une autre […] Aucun impôt, peu importe le montant, ne peut être levé pour soutenir des activités ou des institutions religieuses, peu importe le nom de celles-ci, ou quelle que soit la forme qu’ils adoptent pour enseigner ou pratiquer la religion […] Pour reprendre les mots de Jefferson, la clause contre l’établissement légal de la religion visait à ériger «un mur de séparation entre l’Église et l’État». – Voir Oxford Research Encyclopedia of American History.

Judaïsme et Chrétiens

Des volumes ont été écrits sur ce sujet, mais la plupart des chrétiens ne se donnent jamais la peine de faire des recherches. Ce n’est pas par hasard que la Torah juive a été rattachée au Nouveau Testament chrétien et a été appelée «la Sainte Bible». L’attachement commode a donné l’impression crédible que ces textes incompatibles et contradictoires s’allient comme si l’un était la tige et l’autre la fleur – cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.

La Torah commençant quelque part entre Exodus et Nombres est devenue unlivre de haine extrême, de violence, d’effusion de sang, de sacrifice et contient les commandements d’une guerre sans fin contre tous ceux qui ne sont pas engagés dans la tribu de Juda et en particulier contre les chrétiens, autrement dit les hommes qui trouvent  leur direction dans le Nouveau Testament.

Comment le même Dieu, par ordre de Moïse, a-t-il enjoint aux hommes d’aimer leur prochain et de « détruire totalement » leur prochain? Quelle relation peut-il y avoir entre le Dieu d’amour universel de la révélation chrétienne et la déité maudite du Deutéronome?

Controverse de Zion – Douglas Reed

Un plan pour les sionistes chrétiens

Ce n’est pas non plus une coïncidence que des agents sionistes se sont infiltrés pour créer une version modifiée de la version King James du Nouveau Testament. Une «bible» qui servirait à convaincre un grand pourcentage de chrétiens que le service d’Israël et des agents du judaïsme était commandé par Christ. Les églises évangéliques, les baptistes du Sud, les pentecôtistes et de nombreuses autres utilisent désormais la Bible King James modifiée ou «améliorée», appelée Bible de référence Scofield – créée par Cyrus Scofield au cours des dernières années du XIXe siècle.

En liant l’Ancien Testament au Nouveau Testament et, pour une grande partie de l’Amérique, en modifiant le message du Nouveau Testament, nous avons créé un environnement idéal pour tromper et désarmer les chrétiens contre les menaces expliquées explicitement dans l’Ancien Testament et les avertissements qui ont été défaits dans le Nouveau Testament modifié.

Les peuples de la Terre sont des idolâtres et il a été écrit à leur sujet: qu’ils soient rayés de la surface de la terre. Détruire la mémoire des Amalécites. Zohar I, 25a

Résumé

La création de l’Union soviétique de 1917 (révolution bolchevique) a été la première expérience à grande échelle de loi Talmudique juive appliquée en tant que système politique à un État-nation. C’était la première fois que les gentils étaient soumis au système politique Talmudique : le communisme, ce qui entraînait une souffrance et une misère intenses.

Au cours de la «Terreur rouge» de l’Union soviétique, des églises chrétiennes ont été détruites en tant que mission de l’État. Près de 50.000 églises chrétiennes ont été rasées et des millions de chrétiens mis à mort. De manière opposée, il n’existait aucune pratique générale consistant à détruire des synagogues juives.

Tu dois comprendre. Les principaux bolcheviks qui ont pris le contrôle de la Russie n’étaient pas des Russes. Ils détestaient les Russes. Ils détestaient les chrétiens. Poussés par la haine ethnique, ils ont torturé et massacré des millions de Russes sans le moindre remords humain. La révolution d’Octobre n’était pas ce que vous appelez en Amérique la «révolution russe». C’était une invasion et une conquête contre le peuple russe. Un plus grand nombre de mes compatriotes ont été victimes de crimes horribles entre leurs mains ensanglantées, plus qu’aucun peuple ni aucune nation n’a jamais été victime de l’histoire de l’humanité. Cela ne peut pas être sous-estimé. Le bolchevisme était le plus grand massacre humain de tous les temps. Le fait que la plupart des gens ignorent cette réalité est la preuve que les médias mondiaux sont entre les mains de leurs auteurs.

Alexandre Soljenitsyne

Les sionistes chrétiens travaillent involontairement au service de la ruine du christianisme

La loi sur l’antisémitisme peut être et sera probablement utilisée pour désigner les vrais chrétiens d’antisémites. De plus, en Union soviétique, vers 1922, le crime d’être antisémite était punissable de mort. Aux États-Unis, une loi est actuellement en vigueur pour criminaliser même le boycott des biens d’Israël; le boycott est un droit fondamental de la liberté d’expression. Ces lois dans leur ensemble sont suffisantes pour attendre la condamnation éventuelle d’une personne qui pense même à Israël ou au judaïsme d’une manière considérée comme négative, y compris le choix délibéré, mais privé, de ne pas soutenir les produits israéliens.

L’antisémitisme est un avantage pour les exploiteurs en tant que paratonnerre qui dévie les coups que les travailleurs dirigent contre le capitalisme. L’antisémitisme est dangereux pour les travailleurs car c’est un faux chemin qui les fait atterrir dans la jungle. Par conséquent, les communistes, en tant qu’internationalistes cohérents, ne peuvent être que des irréconciliables, ennemis jurés de l’antisémitisme. Aux États-Unis, l’antisémitisme est punissable avec la plus grande sévérité de la loi en tant que phénomène profondément hostile au système soviétique. En droit américain, les antisémites actifs sont passibles de la peine de mort », le meurtrier de masse Joseph Stalin, vers 1922 [auteur ajouté]

Les Juifs orthodoxes talmudiques qui contrôlent l’État terroriste d’Israël mènent le monde au massacre, et même les Juifs loyaux et confiants en Israël ou ailleurs, qui espèrent être protégés par Israël et dont le gouvernement sera sacrifié, si nécessaire, à  » Détruisez le monde tel que nous le connaissons actuellement – réduisant considérablement la population mondiale et déclenchant leur dystopie religieuse – le cauchemar du Nouvel Ordre Mondial.

..nous Juifs, les destroyers, resterons le destructeur pour toujours… rien de ce que feront les Gentils ne répondra à nos besoins et à nos exigences ». Maurice Samuel de son livre, « Vous Gentils »

Autres références:

La Bible de Scofield, créée par les sionistes – Le rapport du millénaire

La controverse de Sion

Ils ont commencé avec le seul Dieu de tous les hommes, dont la voix avait été brièvement entendue du buisson ardent (dans la tradition orale) et au cours de cinq livres de leur loi écrite l’ont transformé en un Jéhovah raciste et marchand qui promettait un territoire, un trésor, le sang et le pouvoir sur les autres en échange d’un rituel de sacrifice, à effectuer à un endroit précis dans un pays spécifié.

Ainsi, ils fondèrent le mouvement permanent contre toutes les religions universelles et identifièrent le nom Judah à la doctrine de l’auto-isolement vis-à-vis de l’humanité, de la haine raciale, du meurtre au nom de la religion et de la vengeance.

La perversion ainsi accomplie peut être retrouvée dans l’Ancien Testament, où Moïse apparaît pour la première fois en tant que porteur des commandements moraux et bon voisinage, et se termine en meurtrier de masse, les commandements moraux ayant été convertis en leurs opposés entre Exode etNombres.

Au cours de cette même transmutation, le dieu qui commence par ordonner au peuple de ne pas tuer ni de convoiter les biens ou les épouses de ses voisins, termine en ordonnant le massacre tribal d’un peuple voisin, seules les vierges étant sauvées vivantes!

Ainsi, la tâche accomplie par les prêtres itinérants qui maîtrisaient la tribu de Juda consistait il y a longtemps à détourner un petit peuple captif de l’idée naissante d’un Dieu de tous les hommes, à rétablir une divinité tribale assoiffée de sang et une loi raciale, et à envoyer les adeptes de ce credo à travers les siècles avec une mission destructrice.

Le credo ou la révélation de Dieu, ainsi présenté, reposait sur une version de l’histoire, dont chaque événement devait se conformer et confirmer l’enseignement.

Cette version de l’histoire remontait à la création, dont le moment exact était connu; comme les prêtres prétendaient également posséder l’avenir, il s’agissait d’une histoire et d’une théorie complètes de l’univers du début à la fin.

La fin devait être la consommation triomphale à Jérusalem, lorsque la domination mondiale devait être établie sur les ruines des païens et de leurs royaumes.

Voir l’article original icihttps://blog.thegovernmentrag.com/2019/05/26/dear-christian-zionist-anti-semitism-law-will-make-christianity-illegal/

Par Jack Mullen

Traduction : Hannibal Genséric

Notes :

[1] 20 EXTRAITS CHOQUANTS DU TALMUD ( livre saint des sionistes)  

Les racines talmudiques du sionisme

[2] Les Goyim sont des squatteurs dans un monde appartenant aux juifs

 Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l’antisémitisme ?

Professeur historien israélien : »Nous serions prêts à détruire l’Europe.. et même le monde »!!

Notre Dame: Le brasier de la haine rabbinique

 [3] American Pravda. L’Anti-Defamation League dans la société américaine

Lavage de cerveau. Comment les Juifs ont été transformés en « éternelles victimes »

[4] Les dessous du B’nai B’rith, la loge maçonnique exclusivement juive

Le B’nai B’rith : Une secte franc-maçonne au cœur du pouvoir occulte sioniste

Rappels

Talmud, Ereget Rashi Erod.22 30

Un Non-juif est comme un chien.

Les écritures nous apprennent qu’un chien mérite plus de respect qu’un non-juif.

Talmud, Iebhammoth 61a :

Les juifs ont droit à être appelés « hommes », pas les Non-juifs.

Talmud, Iore Dea 377, 1 :

Il faut remplacer les serviteurs Non-juif morts, comme les vaches, ou les ânes perdus et il ne faut pas montrer de sympathie pour le juif qui les emploie.

Talmud, Jalkut Rubeni Gadol 12b:

Les âmes des non-juifs proviennent d’esprits impurs que l’on nomme porcs.

Talmud, Kerithuth 6b p. 78 :

Les juifs sont des humains, non les Non-juifs, ce sont des animaux.

Talmud, Kethuboth 110b :

Pour l’interprétation d’un psaume un rabbin dit : « le psalmiste compare les Non-juifs à des bêtes impures ».

Talmud, Orach Chaiim 225, 10 :

Les Non-juifs et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison.

Talmud, Schene Luchoth Haberith p. 250b :

Même qu’un non-juif à la même apparence qu’un juif, ils se comportent envers les juifs de la même manière qu’un singe envers un homme.

Talmud, Tosaphot, Jebamoth 94b:

Lorsque vous mangez en présence d’un non-juif c’est comme ci vous mangiez avec un chien.

Talmud, Yebamoth 98a.

Tous les enfants des goyims sont des animaux

Talmud, Zohar II 64b :

es non-juifs sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes.

Talmud, Orach Chaiim 57, 6a :

Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les non-juifs que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.

Les juifs peuvent voler les non-juifs:

Talmud, Babha Bathra 54b :

La propriété d’un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame.

Talmud, Babha Kama 113a :

Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour tromper ou faire condamner un Non-juif.

Talmud, Babha Kama 113b:

Le nom de dieu n’est pas profané quand le mensonge a été fait à un Non-juif.

Talmud, Baba Mezia 24a:

Si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre

Talmud, Choschen Ham 183, 7:

Des juifs qui trompent un Non-juif, doivent se partager le bénéfice équitablement.

: rolleyes:

Talmud, Abhodah Zarah 54a:

L’usure peut être pratiquée sur les Non-juifs, ou sur les apostats.

Talmud, Choschen Ham 226, 1: Les juifs peuvent garder sans s’en inquiéter les affaires perdues par un Non-juif.

Talmud, Iore Dea 157, 2 hagah: si un juif a la possibilité de tromper un non-juif, il peut le faire.

Talmud – Babha Kama 113a: les incroyants ne bénéficient pas de la loi et dieu à mis leur argent à la disposition d’Israël.

Talmud, Schabbouth Hag. 6d:

Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.

Les juifs peuvent tuer les non-juifs:

Talmud, Abhodah Zarah 4b: vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains.

Talmud, Abhodah Zarah 26b T. : Même le meilleur des Goïm devrait être abattu.

Talmud, Choschen Ham 425, 5 : Il est permis de tuer indirectement un Non-juif, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle.

Talmud, Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772: tout juif qui verse le sang d’incroyants (non-juifs) revient à la même chose qu’une offrande à dieu.

Talmud, Hilkkoth X, 1 : il ne faut pas sauver les Non-juifs en danger de mort.

Talmud, Hilkhoth X, 2 : Les juifs baptisés doivent être mis à mort.

Talmud, Ialkut Simoni 245c : Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à dieu.

Talmud, Iore Dea 158, 1 :

En ce qui concerne les Non-juifs qui ne sont pas des ennemis, un juif ne doit néanmoins pas intervenir pour les prévenir d’une menace mortelle.

« Un Akum qui n’est pas notre ennemi ne doit pas être tué directement, toutefois, il ne doit pas être protégé d’un danger de mort.

Par exemple, si tu en vois un tomber dans la mer, ne le tire pas de l’eau, à moins qu’il ne te promette de te donner de l’argent ».

Talmud, Makkoth 7b :

On est innocent du meurtre involontaire d’un Israélite, si l’intention était de tuer un koutim (non-juif) ; tout comme on est innocent du meurtre accidentel d’un homme, quand l’intention était d’abattre un animal.

Talmud, Peaschim 25a : Il faut éviter l’aide médical des idolâtres sous entendu des Non-juifs.

Talmud, Pesachim 49b :

Il est permis de décapiter les Goïm (non-juifs) le jour de l’expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat.

Rabbin Eliezer :  » Il est permis de trancher la tête d’un idiot, un membre du peuple de la Terre (Pranaitis), c’est-à-dire un animal charnel, un Chrétien, le jour de l’expiation des péchés et même si ce jour tombe un jour de sabbat « .

Ses disciples répondirent :

 » Rabbi ! Vous devriez plutôt dire ‘de sacrifier’ un Goï.  »

Mais il répliqua :  » En aucune façon ! Car lors d’un sacrifice, il est nécessaire de faire une prière pour demander à dieu de l’agréer, alors qu’il n’est pas nécessaire de prier quand tu décapites quelqu’un.  »

Talmud, Sanhedrin 57a: si un juif tue un non-juif, il ne sera pas condamné à mort. Ce qu’un juif vole d’un non-juif, il peut le garder.

Talmud, Sanhedrin 58b : Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper dieu.:rolleyes:

Talmud, Sanhedrin 59a : Les Goïm qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort.

Talmud, Sepher Ou Israël 177b : Si un juif tue un Non-juif, ce n’est pas un péché.

Talmud, Zohar I, 25a : Les Non-juifs doivent être exterminés car ce sont des idolâtres.

Talmud, Zohar I, 28b, 39a : Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres.

—————————————————————–

Commentaire d’H.G.

Le « chrétiens sionistes » jouent le même rôle que les islamistes sunnites (Wahhabites, Salafistes, Frères Musulmans et consorts), car les uns et les autres ont été créés par  des juifs sionistes, afin de détruire, de l’intérieur, le christianisme et l’Islam, respectivement. Les lecteurs de ce Blog savent comment les juifs ont créé et financé les islamistes depuis le 18ème siècle jusqu’à nos jours (voir par ex. 

Le « Calife » Baghdadi est un juif israélien, agent du Mossad

et   

Origines de la connivence wahhabisme-sionisme

A-t-on vu l’État Islamique (ISIS)  tirer une seule cartouche contre Israël ? Qui soigne les terroristes islamistes blessés en Syrie et en Irak ? Israël...

La dictature, la corruption et le mal-être algérien

La dictature, la corruption et le mal-être algérien

 

Chacun sait sur quoi s’est construit notre système politique, depuis l’indépendance de l’Algérie, dont la première spécificité est l’opacité et où les décisions sont prises en dehors des circuits légaux.

 

Il ne s’est pas construit sur des critères de compétence, de savoir, de savoir-faire ou d’intégrité des personnes, mais sur une forme d’allégeance à un groupe de décideurs dont le premier souci est de rester inconnu du grand public. Une sorte de pacte implicite que les personnes choisies ne doivent absolument pas briser sous peine d’être définitivement exclues, souillées – elles et leurs familles- quelques fois traduites en justice ou expatriées, assassinées pour les plus dangereuses d’entres elles

Que signifie cette allégeance et en quoi consiste-t-elle?

Elle signifie tout simplement que même si une petite liberté lui est accordée, toute personne ou groupe choisi-e par la hiérarchie de ce système « politico-militaire » – qui deviendra par la suite « financio-politico-militaire »- doit obligatoirement obéir aux directives sans broncher : une ligne rouge bien tracée ne devra jamais être franchie.

En quoi consiste-t-elle ? Avant toute chose, à monter des dossiers sur telle personne ou tel groupe, pour bâillonner, faire chanter, faire pression et bannir par l’intermédiaire de tous les canaux et les réseaux que cette « coupole » a mis en place depuis très longtemps.

Cette loi de l’omerta ainsi imposée et les pratiques qui l’accompagnent se sont répandues dans toute la société, les institutions et surtout dans les entreprises, les partis politiques, les lieux de travail et le tissu associatif créé par le système lui-même. Les conséquences en ont été la dilapidation des richesses nationales et la grande corruption qui a mis l’Algérie à genoux. C’est pour cette raison qu’il sera très difficile de séparer le bon grain de l’ivraie.

Des dossiers, plus ou moins importants, plus ou moins dangereux pour les uns ou les autres, tout le monde en a sur tout le monde. De tout temps, les personnes intègres ont été considérées comme dangereuses. Très vite écartées, mises à l’index et souvent forcées à l’exil. Même si la volonté de changer ce système est bien réelle, les pratiques qu’il a mises en place mettront du temps à disparaître.

Mouloud Hamrouche, « FLN réformateur », ex chef du gouvernement sous le président Chadli Bendjedid, disait à une certaine époque qu’il avait le devoir de rester au sein du parti pour le réformer de l’intérieur. L’histoire lui a donné tort. Il faut se méfier à l’heure actuelle des personnalités qui jouent sur l’urgence, la précipitation, la peur, et qui parlent d’un futur plan d’austérité. Ces personnes ne cherchent pas l’intérêt général, elles ne cherchent que le pouvoir. Chaque chose en son temps ne veut pas dire être dans l’attentisme.

Depuis quelques jours, les médias parlent d’interdiction de quitter le territoire et d’arrestation de quelques personnes ayant bâtti leurs fortunes en spoliant le peuple. Certes, il faut se battre pour que toutes celles et ceux qui ont volé passent par la case justice. Mais il faut aussi se demander pourquoi cette campagne envers ces personnes se déclenche justement aujourd’hui. D’autres campagnes ont déjà été menées par le passé contre A. Bouteflika, mais aussi contre feu Kasdi Merbah et bien d’autres.

Ne tombons pas dans le piège !

Nous savons pertinemment que les institutions aux ordres ne peuvent s’autosaisir et que la vertu ne se décrète pas du jour au lendemain. En réalité, ces campagnes ne sont jamais que des feux de paille allumés pour amuser la galerie et nous détourner de notre seul véritable objectif : le changement pacifique et radical du système en place.

L’intégrité, en revanche, se décide, se pratique, se mûrit, malgré toutes les tentations et les embûches. C’est pourquoi il est de notre devoir de rester vigilants et déterminés afin de construire tous ensemble l’Algérie démocratique de demain.

La révolution du sourire  et la première contre révolution

Le peuple algérien, dans toute sa grandeur et son pacifisme, réclame sans relâche depuis le 22 février dernier la fin du système politique en place afin de reconstruire une Algérie nouvelle, démocratique et moderne. Si ces revendications sont pleinement légitimes, pour autant la question du changement est une affaire délicate qui demande plus qu’un élan révolutionnaire. La  » Liberté  » tant attendue ne sera réelle que si on se penche sur les raisons profondes qui ont permis à ce régime de se maintenir depuis 1962, empêchant du même coup l’émergence d’une élite capable de relever le défi du XXIème siècle.

L’annonce de la démission d’Abdelazziz Bouteflika suivie de la déclaration de « la grande muette* » par le biais de Gaïd Salah, vice-ministre de la défense et chef des armées, doit toutes et tous nous interpeller. Aujourd’hui, si nous nous réjouissons du départ de l’ancien président de la république, à quelques jours de la fin de son mandat, nous ne pouvons accepter ce nouveau coup d’état militaire maquillé, cette contre révolution,  qui n’a pour but que de reconduire le système politique et l’impunité qui l’accompagne.

Alors que la mobilisation est toujours à son plein ce vendredi 29 mars contre la volonté de Gaïd Salah d’utiliser les articles 7, 8 et 102 de la constitution algérienne, ce dernier persiste et signe. Mouloud Boumeghar, professeur de doit public et spécialiste de droit international et des droits humains, dans un article paru dans le journal « Le Monde » du 29 mars dernier, souligne qu’en raison du contexte et de la situation du pays, ces articles de la constitution algérienne sont caduques et que leur utilisation est anticonstitutionnelle. Il ajoute : «  Le régime met en danger le pays pour se sauver ».

Dans une lettre ouverte adressée à Gaïd Salah, publiée sur le site Casbah Tribune le 4 avril, Mohammed Abdelwahab Bekhechi, ancien Professeur de droit et ancien membre du conseil constitutionnel, écrit  : …« Je ne peux croire que vous n’ayez pas analysé, au préalable, les conséquences de cet ensemble d’actions et de déclarations qui ne répondent en aucune manière, ni dans la forme, ni dans le fond aux attentes du peuple algérien et de sa jeunesse qui scandent tous les jours :  leur revendication de renvoyer les gouvernants en place, y compris le Président de la République, et l’ensemble des forces qui constitue le système politique en place, et  leur attachement à l’ANP et leur engagement à la préserver des dérives que la vie politique du pays peuvent engendrer »….

Une démocratie et un Etat de droits ne peuvent se construire sur des « putschs » et sur d’anciennes pratiques militaires. Toutes les expériences de par le monde et celle de l’Algérie, en particulier dans les années 90, le prouvent et montrent sa grande dangerosité. Une armée républicaine n’entrave pas la volonté du peuple en jouant à la fois sur un rôle paternaliste, sur la menace, les intimidations et  la peur. Une république démocratique doit avoir une armée républicaine respectueuse à la fois du choix du peuple et des règles mises en place par ses représentants civils légaux élus dans la transparence par le peuple.

Si l’institution militaire s’est beaucoup rajeunie depuis une trentaine d’années de  par ses effectifs, elle garde la mentalité des armées de dictateurs. Elle n’a jamais accepté l’idée d’être une institution sous l’autorité de civils. Bien qu’elle soit à l’origine de tous les maux,  les détenteurs du vrai pouvoir ne veulent pas se remettre en question ni accepter d’être l’objet de critiques. Sous prétexte de légitimité historique et plus récemment sous prétexte d’avoir sauvé l’Algérie pendant la décennie noire, ses chefs se veulent au dessus des lois et du peuple.

L’Armée Nationale et Populaire doit faire un scanner !

Dans sa déclaration publiée le 2 avril sur le site web* du ministère de la défense, M. Gaïd Salah dit, je cite :

…« Mais ceci a dû exaspérer certaines parties, qui s’échinent à cibler l’Armée en portant atteinte à sa réputation et la cohésion de ses composantes, afin de réaliser leurs desseins malveillants. Des desseins que l’Armée Nationale Populaire, qui demeure une ligne rouge, saura contrecarrer avec toute la rigueur et la détermination et en usant de tous les moyens légaux »…

L’argument selon lequel, ceux qui critiquent l’institution militaire sont des personnes ou des groupuscules qui veulent nuire à la nation ne fonctionne plus, comme ne fonctionne plus l’appellation péjorative tant utilisée de « Hisb frança », « Parti de la France » contre le FFS- Front  des Forces Socialistes. Il est primordial qu’enfin l’institution militaire accepte d’être auscultée et critiquée pour le bien de tous. Celle-ci doit se défaire des pratiques et de la vision héritées du colonialisme !

Quand Hocine Malti ancien vice-président de la société des hydrocarbures Sonatrach, emploie le qualificatif « Rab ed’Zaïr », « Dieu de l’Algérie » pour désigner et interpeller l’ancien chef du DRS, il ne fait que rappeler que cet organe tout puissant, qui a les mains rouges de sang, est devenu un état dans l’état. Il invite les algérien.nes à désacraliser l’armée pour le bien de tous. Il invite les algérien.nes à dépasser leurs peurs pour pouvoir être maitres de leur destin. Ce n’est pas un hasard si le 16 février, des centaines de personnes ont manifesté leur colère, ce n’est pas un hasard si des millions d’algérien.nes aujourd’hui et depuis le 22 février ont suivi et occupent la rue. C’est le résultat de tant d’années de combat mené par des militants démocrates, tant d’années de peur, d’angoisse et d’engagement, tant d’années de sacrifices, de militantisme, tant d’années de lutte contre les grandes injustices que ce soit sur le terrain comme sur les réseaux sociaux.

Oser critiquer notre armée ne veut pas dire être contre l’armée. Oser critiquer l’armée veut simplement dire qu’elle doit jouer son rôle d’institution qui a le devoir de protéger le pays contre toute agression extérieure. Elle ne doit en aucun cas interférer dans la vie politique du pays. L’institution militaire n’est qu’une institution comme les autres et ses membres ne sont pas au dessus de lois. Comme toute institution, elle est responsable devant peuple. Critiquer l’armée c’est surtout lui demander de se moderniser pour affronter le nouveau monde et ses grandes technologies.

La démocratie et la fin de l’impunité

Pour rappel, les régimes démocratiques sont organisés selon le principe de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire afin d’éviter leur concentration entre les mains d’une seule personne ou d’un groupe d’intérêts.  Certaines constitutions privilégient la stricte séparation des pouvoirs pendant que d’autres leur permettent, tout en étant distincts, de disposer de moyens de contrôle les uns à l’égard des autres. Les médias audiovisuels comme la presse écrite sont aussi un pouvoir destiné à contrôler, à informer et prévenir contre tout dérapage.

L’Algérie peut devenir une vraie démocratie si, et seulement si, tous ces pouvoirs sont réellement transparents et indépendants et à condition d’en finir avec le règne de l’impunité. A l’heure actuelle, ni le conseil constitutionnel, ni les deux chambres des représentants du peuple, ni les médias et encore moins la justice, ne sont indépendants. En sachant que le peuple n’est plus dupe, comment le vice ministre de la défense ose-t-il parler de l’article 102 et appeler à des élections futures menées par des institutions aux ordres ?

En réalité ces décideurs sont dans l’impasse. Ils ont mis l’Algérie dans l’impasse et jouent leur dernière carte,  impuissants devant ce peuple pacifiquement déterminé. Il faut comprendre et se rappeler que, au nom de l’institution militaire, certains de ces responsables se sont  empêtrés depuis longtemps dans de grands scandales : corruption, assassinats politiques, torture,  disparitions forcées et plus récemment trafics de drogue avec l’histoire de la « cocaïne gate ». Ceux qui peuvent lutter contre tous ces fléaux doivent avoir au moins les mains propres, disait le général- major Abdelghani Hamel, directeur général de la police nationale, avant son éviction de son poste.

Il est aujourd’hui urgent et primordial  que l’armée passe au scanner dans son intérêt et dans l’intérêt de l’Algérie. Il est urgent que notre institution militaire se modernise sur le fond et la forme.

Refuser de critiquer l’institution militaire c’est être complice de ceux qui ont fait que celle-ci, avec l’approbation de quelques hauts gradés, soit prise en otage par ce groupe de mafieux qui opèrent dans l’ombre. Refuser de critiquer l’institution militaire c’est accepter le danger qu’elle fait encourir une nouvelle fois à notre pays.

Il est de notre devoir, de décréter une fois pour toutes la fin de l’impunité !

  • La grande muette : nom donné par la population à l’ANP
  • art 7 : « Le peuple est la source de tout pouvoir. La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple. »
    art 8 : « Le pouvoir constituant appartient au peuple. Le peuple exerce sa souveraineté par l’intermédiaire des institutions qu’il se donne. Le peuple l’exerce aussi par voie de référendum et par l’intermédiaire de ses représentants élus. Le Président de la République peut directement recourir à l’expression de la volonté du peuple. »