Les effets pervers de la laïcité

Les effets pervers de la
laïcité
LE BILAN DE LA LAÏCITE DANS LE MONDE
MUSULMAN
L’infiltration de la laïcité dans la société islamique
a eu les pires effets qui soient sur les Musulmans,
tant dans leur religion que dans leur vie matérielle.
Nous citerons à titre d’exemple :
1- Le refus de juger par la révélation d’Allah ()
qui se matérialise par :
– l’éviction de la religion dans tous les aspects de
la vie,
– le remplacement de la révélation divine
descendue sur le meilleur des hommes –
Muhammad Ibn cAbdillah () – par des lois
humaines et profanes, qu’ils ont empruntées aux
mécréants qui combattent Allah et Son Messager,
– le fait de considérer que de revenir au jugement
d’Allah () et délaisser les lois dites
– 24 –
« démocratiques » ou « laïques » est la marque d’une
pensée arriérée et d’un rejet de la modernité ou de la
civilisation,
– la crainte des moqueries et du mépris des gens
qui portent l’étendard de la laïcité,
– le fait que les musulmans ont été écartés des
rôles impliquant de se mélanger au peuple, par peur
des laïques qu’ils ne les influencent dans leur
religion.
2– La falsification et le travestissement de
l’histoire islamique, qui peint l’âge d’or de la
civilisation musulmane et de ses conquêtes comme
une période de barbarie où régnaient le désordre et
les ambitions personnelles.
3- La dégradation de l’enseignement à l’école et
sa mise à disposition pour servir l’esprit laïc, à
travers :
– la diffusion d’idées laïques dans les matières
scolaires enseignées aux élèves et aux étudiants à
tous les niveaux,
– la réduction et compression maximale du temps
imparti à la matière religieuse,
– 25 –
– la mise à l’écart de certains textes de
l’enseignement en raison de leur clarté et de leur
précision à dévoiler les mensonges de laïcité,
– la falsification des textes religieux en présentant
des explications censurées ou tronquées, dans le but
d’apparaître « pro-laïc » ou du moins de ne pas d’y
opposer,
– la mise à l’écart des établissements scolaires de
certains enseignants dévoués à leur religion, pourles
empêcher de côtoyer les élèves, en les mutant à des
postes administratifs ou en les poussant à la retraite,
– la mise au second plan de la matière religieuse,
en la faisant figurer dans le dernier jour de l’emploi
du temps des élèves, ou en réduisant son coefficient
de sorte qu’elle n’affecte pas les résultats finaux de
l’élève.
4- L’estompement des différences entre les
porteurs du vrai message, qui sont les Musulmans,
et les falsificateurs athées, en les regroupant dans
un seul et même sac, en essayant d’homogénéiser
l’apparence des gens, alors que dans le même temps,
préférence est donnée aux mécréants, aux athées,
aux pervers et aux désobéissants, sur les
monothéistes obéissants et croyants. Ainsi, le
Musulman, le Chrétien, le Juif, le Communiste, le
– 26 –
Mazdéen, le Brahmane et les autres se retrouvent
« tous logés à la même enseigne », ils sont égaux
devant la loi et personne n’est meilleur qu’un autre,
si ce n’est par le degré d’adhésion à cette pensée
laïciste.
A l’ombre de cet esprit laïc, le mariage entre un
Juif, un Chrétien, un Bouddhiste ou un
Communiste…et une musulmane est quelque chose
de parfaitement normal.
De même qu’il n’y a aucun mal pour eux à ce
qu’un Juif, un Chrétien ou un autre parmi les
mécréants gouverne un pays musulman.
Ils essaient de diffuser cela dans les pays
musulmans sous ce qu’ils appellent « l’unité
nationale » ou le « patriotisme » et ont même fait de
cette unité nationale, la base de leur gouvernance.
Aussi, tout ce qui dans le Livre d’Allah () ou la
Sunna de Son Messager () s’y oppose, ils le
rejettent et le renient en prétextant que cela menace
l’unité nationale.
5- La diffusion et la propagation du libertinage,
la dépravation morale et la destruction du noyau de
base de l’édification sociale qu’est la cellule
familiale par de nombreux moyens incitatifs :
– 27 –
– des lois qui permettent la débauche et ne la
répriment pas, considérant la pratique de la
fornication et de l’homosexualité comme une liberté
individuelle qui doit être garantie et protégée,
– la mise à disposition des medias tels que la
presse, la radio ou la télévision qui ne se lassent pas
de combattre la vertu et de propager nuit et jour la
débauche, certaines fois de manière insidieuse et
d’autres fois de manière ouverte,
– la guerre menée à la pudeur en imposant aux
filles de se dévoiler et en imposant la mixité à l’école,
à l’université ainsi que dans les offices et les comités.
6- La guerre menée par tous les moyens contre la
prédication islamique :
– en luttant férocement contre la propagation des
livres islamiques tout en laissant le champ libre aux
livres d’égarement et de dérives qui font douter de la
croyance et de la législation islamique,
– la porte ouverte aux pervers laïcs pour intégrer
les différents medias de sorte à ce qu’ils s’adressent
au plus grand nombre et propagent ainsi leurs idées
égarées et déviantes, déforment le sens des textes
religieux tout en fermant la porte des medias au nez
– 28 –
des savants musulmans qui éclairent les gens sur la
vraie religion.
7- L’exclusion et la chasse menée contre les
prédicateurs qui appellent à Allah (), les fausses
accusations qui leur sont portées, les surnoms et
épithètes disgracieux qui leur sont jetés, leur
représentation comme étant un groupe d’arriérés,
d’esprits encroutés et de réactionnaires qui rejettent
toutes les inventions bénéfiques de la science
moderne, d’extrémistes fanatiques qui ne
comprennent pas la réalité des choses mais qui
plutôt se cramponnent aux futilités en délaissant les
fondements.
8- L’extinction des musulmans qui refusent de
composer avec la laïcité : en les exilant, les
emprisonnant ou encore en les exécutant.
9- Le déni de l’obligation de combattre dans le
sentier d’Allah (), en l’accusant et en le décrivant
comme une sorte de barbarie et de brigandage.
En fait, le Jihad dans le sentier d’Allah signifie le
combat pour que la Parole d’Allah () soit la plus
haute et pour qu’il n’y ait plus sur terre aucune
autorité ou entité ayant la force, l’hégémonie et le
jugement sauf l’Islam.
– 29 –
En fait, les laïcs ont empêché la religion de
s’immiscer dans les affaires de la vie et en ont fait,
dans le meilleur des cas, une relation privée entre
l’homme et ce qu’il adore ; de sorte à ce que cette
adoration n’ait aucun effet sur leurs paroles, leurs
actes et leur comportement à l’extérieur du lieu de
culte. Une fois le peuple embrigadé dans ce mode de
pensée, comment pourraient-ils donc combattre dans
le sentier d’Allah ?
La seule guerre que les laïcs et leur racaille
considèrent, c’est la guerre pour défendre les biens et
la terre. Quant à défendre la religion et agir pour la
propager, ceci est pour eux un acte d’agression et de
violence gratuite que l’humanité civilisée ne peut
accepter.
10- L’appel au nationalisme ou au patriotisme.
C’est une prédication qui œuvre à rassembler les
gens autour d’une source commune frivole : une
origine, une langue, un lieu ou bien certains intérêts
communs, à condition bien évidemment, que la
religion en soit absente. La religion est même
considérée, du point de vue des théoriciens de cette
prédication, comme l’un des plus grands facteurs de
division et de conflit, au point que l’un d’entre eux a
même déclaré : « l’expérience humaine, à travers les
siècles sanglants, montre que la religion – qui est le
– 30 –
moyen que les gens ont d’assurer ce qu’il y a après la
mort – a emporté toute notion de sécurité au sein
même de la vie ».
Ce ne sont que quelques effets pervers que la
laïcité a produit dans les pays musulmans,
malheureusement, ils sont biens plus nombreux.
Le Musulman peut d’ailleurs toucher du doigt ou
saisir tous ces effets, tout au moins en bonne partie,
dans la majorité des pays musulmans. Dans le même
temps, il peut voir jusqu’à quel point la laïcité a
envahi une contrée en se basant sur l’occurrence de
ces effets pervers.
Hélas, le Musulman, où qu’il se tourne, à droite à
gauche, dans n’importe quel pays musulman, peut
aisément saisir un ou plusieurs de ces effets
pernicieux, alors qu’il lui sera nettement plus
difficile de trouver un pays épargné.

LES MOYENS DES LAÏCS POUR FALSIFIER LA
RELIGION DANS LE CŒUR DES MUSULMANS
– 31 –
Les laïcs disposent de méthodes diverses et
variées pour corrompre le cœur des Musulmans.
Parmi les principaux d’entre elles, on retrouve
notamment :
– Ils éprouvent certaines âmes faibles à la foi
fragile par des plaisirs matériels tels que l’argent, des
responsabilités importantes, ou même des femmes,
afin qu’ils répètent à leur tour les slogans laïcs aux
oreilles des gens. Mais avant cela, on fait beaucoup
de publicité à ces gens dans les medias contrôlés par
les laïcs, afin de les faire passer pour des savants, des
intellectuels et des experts et que leur parole soit
ainsi acceptée par une grande partie des gens. C’est
alors qu’ils parviennent à se frayer un passage chez
beaucoup de gens.
– Ils éduquent certaines personnes dans des
internats laïcs dans les pays occidentaux et leur
fournissent des titres professionnels de noblesse (ex :
doctorat ou professorat) et les font revenir pour
qu’ils soient des professeurs d’universités et qu’ils
travestissent la religion dans le cœur de la classe
cultivée, à grande échelle. Et quand on sait que la
classe cultivée, ceux qui sortent des universités et des
instituts scientifiques sont ceux qui exercent une
influence considérable dans leur pays, on comprend
l’ampleur de la corruption engendrée par la présence
– 32 –
de ces laïcs dans les universités et les instituts
scientifiques.
– Ils divisent la religion et communiquent
fréquemment sur des sujets périphériques pour
occuper les gens avec cela, entrer dans des conflits
imaginaires autour de ces sujets avec les savants, les
étudiants et les prédicateurs, et ce, dans le but de les
occuper et les détourner de leur rôle d’orientation, et
ainsi les détourner de ce qui est bien plus important
et bien plus dangereux.
– Ils font passer les savants, les étudiants et les
prédicateurs – dans beaucoup de medias – pour une
caste de gens aux mœurs déviantes et comme des
gens principalement intéressés par ce bas-monde,
par les biens, les responsabilités et les femmes, pour
leur faire perdre leur crédit aux yeux des gens, et
ainsi avoir le champ libre pour diffuser leur
prédication laïque.
– Ils mettent l’accent sur les sujets de divergence
entre savants, et extrapolent cela pour que les gens
s’imaginent que la religion se résume à ces
divergences, et que rien ne suscite le consensus au
sein même des savants religieux. Ceci ne manque
pas de semer dans les esprits l’idée qu’il n’y a rien de
certain et d’incontestable dans la religion. Les laïcs
– 33 –
insistent beaucoup sur cet aspect, ils l’extrapolent
pour provoquer cet effet chez les Musulmans et les
détourner ainsi de leur religion.
– Ils construisent des écoles, des universités et des
centres culturels étrangers qui, en réalité sont
supervisés par des pays laïcs ayant fondé ces
établissements dans les pays musulmans. Ou alors
ils agissent sans relâche pour affaiblir autant que
faire se peut le lien du Musulman avec sa religion
alors qu’au même moment, ils répandent leur
idéologie laïque dans un cadre plus large,
spécialement dans les sciences humaines comme la
sociologie, la philosophie ou la psychologie.
– Ils se fondent sur des règles religieuses qui sont
certes vraies mais qui sont encadrées par des règles
et des conditions religieuses, en insistant dessus hors
de leur contexte d’application et sans tenir compte
des règles qui les encadrent. Ainsi, à travers cette
prise d’appui égarée et déviante, ils essaient de
diffuser la plupart des questions de l’idéologie
laïque.
Par exemple, ils insistent surla règle religieuse qui
vise à privilégier l’intérêt des personnes concernées
en cas de divergence. Mais ils ne comprennent pas
vraiment ce qu’elle signifie, l’appliquent hors de son
– 34 –
champ d’action et s’en servent comme preuve
indiscutable pour rejeter tout ce qu’ils n’aiment pas
de la Législation islamique et conforter toutes les
choses qui renforcent la laïcité et fixent ses piliers
dans les pays musulmans.
Ils utilisent également la règle qui consiste à
privilégier le moindre mal, ou bien celle qui dit que
la nécessité permet l’interdit, ou celle qui stipule que
repousser les choses néfastes prime sur le fait
d’acquérir les intérêts, ou encore celle qui affirme
que l’Islam est applicable à toutes les époques ou
encore celle qui dit que le jugement change en
fonction de la situation.
Ils utilisent entres autres ces règles pour faire
fondre l’Islam dans les autres confessions et le diluer
dans le cœur des Musulmans.
En outre, ils utilisent ces règles comme point de
départ pour exporter vers les pays musulmans tous
les modèles économiques et politiques dominants
dans le monde mécréant sans que la plupart des gens
se rendent compte de cette réalité.
Ce procédé est à mon avis l’un des plus
dangereux et l’un des plus pernicieux car il crée
l’ambiguïté et berne les gens en leur faisant croire
que ces choses ne sont fondées que sur des règles
– 35 –
religieuses reconnues. Il faudrait cependant, pour
dévoiler ce procédé de manière détaillée et claire, et
dissiper les ambigüités qu’elles comportent, écrire
un livre entier.
Et j’aimerais insister ici sur le fait que lorsque ces
gens-là s’appuient sur les règles religieuses citées ou
d’autres, ce n’est en aucun cas du au fait qu’ils y
croient fermement, pas plus qu’ils ne croient au
caractère englobant et à la perfection de la religion
de laquelle ces règles ont émané. Ce n’est pour eux
qu’un outil leur permettant de concrétiser leurs
desseins égarés et déviants.

LE DEVOIR DU MUSULMAN
En ces conditions extrêmement déplorables dans
lesquelles vivent ses coreligionnaires, le Musulman a
un devoir grandiose, qui est celui d’œuvrer pour
changer cette dure réalité, qui est sur le point
d’éloigner la communauté toute entière de l’Islam.
Il est donc demandé aujourd’hui à tous les
Musulmans de fournir des efforts : du temps, des
biens, une partie de soi- même et de ses enfants pour
y parvenir. Aussi, les savants, les étudiants en
– 36 –
science religieuse, les prédicateurs et ceux qui ont du
pouvoir sont chargés d’une mission plus importante
que les autres car en réalité, ce sont eux les leaders
qui seront suivis par leurs adeptes.
Les Musulmans ne sortiront de cette dure réalité
qu’avec le savoir et les actes. En effet, le savoir sans
action ne change rien et l’action sans savoir ni
clairvoyance fait plus de mal que de bien.
Quand je dis le « savoir », je ne fais pas allusion à
celui qui consiste à connaître quelques règles de
jurisprudence ou quelques bons comportements et
bonnes manières, comme c’est l’intérêt de beaucoup
de personnes, qui accordent parfois à certains sujets
un poids supérieur à celui qui leur a été établi en
Islam. Ce que je vise par le savoir, c’est celui qui fait
naître dans le cœur une foi véritable et sincère, une
foi qui fait passer l’amour d’Allah (), de Son
Prophète () et de Sa religion avant toute autre
chose, une foi qui incite à œuvrer pour la religion
d’Allah () et pour sa perduration sur terre même si
on doit pour cela donner tout ce qu’on a. Et cela ne
se fera pas sans une véritable connaissance de la
vraie religion musulmane, accompagnée d’une totale
certitude quant à la réalité de ce qu’implique
l’unicité divine, qui est la base de l’édification de
– 37 –
cette religion. Ensuite il est impératif de connaitre les
dangers qui menacent la communauté musulmane,
ainsi que les ennemis qui sont en embuscade avec
leurs prédications destructrices et erronées, dont on
a fait la liste, et de tout ce qui en découle, comme le
fait de se désavouer des ennemis de la religion et de
s’allier aux croyants sincères.
Et s’il est du devoir des Musulmans de chercher le
savoir, de persévérer pour l’acquérir et de demander
aux gens du rappel de sorte à être clairvoyant et à
avoir une connaissance solide, il est également du
devoir des hommes de lettre et des éditeurs
d’œuvrer à augmenter la publication de livres
islamiques qui lient les Musulmans à l’Islam dans sa
version complète, et à donner à chaque article de la
loi islamique sa valeur et son importance dans la
balance de l’Islam de manière juste et mesurée, sans
grossir un aspect au détriment d’un autre. Dans ce
cadre, les écrivains et les éditeurs sont vivement
appelés à observer cela, surtout dans ces conditions
très dures et critiques que traverse notre
communauté. Il ne faut surtout pas qu’ils deviennent
tributaires de la demande du peuple, qui insiste pour
que l’on traite d’un aspect particulier de la religion,
en délaissant par cela d’autres aspects qui sont, dans
– 38 –
la balance de l’Islam, plus importants et parfois
fondamentaux.
Et toujours à ce propos, nous ne voulons pas
tomber dans le travers de certains, en appelant à
délaisser les aspects mineurs dans la balance
islamique au profit de l’aspect majeur. Nous
appelons plutôt à l’équilibre de sorte à ce que les
écrits sur les différents aspects soient en adéquation
avec leur rang et leur poids dans la balance
islamique. Il n’est donc pas acceptable que la librairie
islamique soit remplie de divers écrits sur les djinns,
la sorcellerie, la prestidigitation, l’ascétisme, les
invocations, les œuvres méritoires, les branches de
droit et ainsi de suite, alors que l’on constate qu’elles
sont quasiment vides de livres simples et accessibles
dans divers domaines, d’une importance capitale
comme par exemple les règles de droit politique en
Islam, en d’autres termes, les règles de l’autorité, ou
encore des livres sur les nouveaux courants de
pensée qui ont commencé à se répandre dans le
monde musulman (tel que la laïcité, la démocratie, le
nationalisme, le socialisme, les partis aux croyances
hérétiques comme le parti Bass, les partis
nationalistes etc.). Ou encore, les écrits qui parlent de
Jihâd. Et je ne parle pas du Jihâd dans le sens de son
obligation et de sa pérennité jusqu’au jour du
– 39 –
Jugement, non, je parle plutôt avec cela, de la lutte
contre les apostats qui ont adopté les idées
socialistes, laïques, nationalistes, démocratiques etc.
et appellent et obligent les gens à s’y conformer.
Et comme parler également de la manière d’agir
pour faire revenir le califat et d’autres sujets d’une
importance extrême dans la vie des Musulmans. Si
quelqu’un comparait la quantité de ce qui a été écrit
sur ces derniers sujets par rapport aux autres sujets
d’importance moindre, il serait effrayé de l’énorme
différence, que dire alors des différences que l’on
observe en termes de ventes d’ouvrages ?
Les écrivains et les éditeurs vont sans doute
rétorquer que les gens ressentent une certaine
retenue à lire sur ces sujets. Mais depuis quand
quelqu’un qui a un message à diffuser et répandre
doit-il obéir aux passions et aux envies d’autrui ?
Même si cette assertion est vraie, vous partagez
très largement la responsabilité de cela car vous leur
avez obéi sur ce point et vous ne leur avez pas
ouvert les yeux sur l’importance de l’équilibre des
thèmes religieux, et de ne pas amplifier un aspect au
détriment d’un autre car ceci aura pour ultime
conséquence de cantonner l’Islam à une adoration,
un caractère ou une coutume.
– 40 –
Du reste, l’Islam est effectivement cantonné chez
beaucoup à l’accomplissement de la prière et au
jeune du mois de Ramadan. Pour d’autres, l’Islam
consiste à un ensemble d’invocations ou au bon
comportement. D’autres l’ont réduit à une
apparence, un style ou un habit, d’autres encore à
connaître quelques branches du droit musulman ou
quelques sujets relatifs à la terminologie du hadith et
ainsi de suite. Si tu t’adresses à beaucoup d’entre eux
sur le caractère englobant de l’Islam et que tu leur
parles de certains sujets importants et urgents qui
émergent de l’Unicité d’Allah () et de la foi au Jour
dernier, comme le fait de parler du jugement par la
loi d’Allah (), du fait de se conformer à Sa
législation, du devoir d’œuvrer à fonder un état
islamique, de restaurer le califat et de montrer la
fausseté des doctrines hérétiques notamment la
laïcité et la démocratie, ils s’imaginent que tu parles
d’une autre religion que l’Islam et disent : « ça c’est
s’occuper de politique et on n’a pas le droit de faire
entrer la religion dans la politique ». Ces mêmes
gens, si ce discours leur était assuré dans les sermons
du vendredi, dans les cours et les cercles de science
des mosquées ainsi que dans des écrits simples qu’ils
peuvent lire et comprendre, ne prononceraient pas
ce type de paroles égarées et déviantes.
– 41 –
Et quant à nous, auteurs et éditeurs, notre devoir
est de ne pas participer à la falsification de la religion
et à son morcellement, en l’exposant amoindrie,
restreinte à un aspect répondant à la demande des
lecteurs et à la loi de l’offre et de la demande, sinon
cela ne serait que concrétiser un grand objectif des
laïcs de limiter le cadre de la religion et de la séparer
de la vie publique. Les écrivains et les éditeurs diront
sans doute : « nous n’écrivons pas sur ces sujets car
ce sont de grands sujets et se tromper dessus n’est
pas anodin. De plus, ces sujets nécessitent un grand
savoir que nous n’avons pas ».
Je suis d’accord avec le fait que beaucoup de ceux
qui écrivent ces jours-ci ne sont pas habilités à le
faire, en raison de leur incompréhension – totale ou
limitée – de ces sujets. Néanmoins, même si cela est
vrai pour beaucoup, il existe des grands savants, des
nobles « shuyûkh ». Si cela n’est pas leur rôle et leur
mission, quel sera donc leur rôle pour changer cette
douloureuse réalité ?
Et dans le cadre de cet exposé sur la science et sa
propagation, le corps enseignant, les instituteurs et
professeurs, des niveaux élémentaires aux plus
élevés, ont un devoir impératif qui s’incarne dans les
points suivants :
– 42 –
1- Œuvrer à corriger les programmes, de sorte que
tous les programmes scientifiques soient au service
de l’Islam et de sorte à ce que le but de
l’enseignement de cette science ne soit pas
uniquement d’apprendre. Et étant donné que notre
religion vient d’Allah () et que par conséquent, le
faux ne peut jamais l’atteindre, que les découvertes
scientifiques font partie de la Création d’Allah (), et
qu’il n’y a donc aucune contradiction entre la science
et la religion, il serait bienvenu d’utiliser beaucoup
de réalités scientifiques pour illustrer le domaine de
la foi, tout comme beaucoup de lois scientifiques
peuvent être utilisées pour répondre ou infirmer des
théories athées du point de vue de la science
appliquée, théories auxquelles les athées croient et
sont fermement attachés. Et là-dessus, les
programmes scolaires dispensés aux élèves et aux
étudiants doivent impérativement tenir compte de
cela, et il est plus que nécessaire de fournir des
explications de la manière la plus claire qui soit, les
indications et les sous-entendus ne suffisant pas.
Ceci est une obligation certaine pour les gens qui
mettent en place ces programmes et ont la charge de
l’enseignement ;
2- Nettoyer les matières scolaires des hérésies et
des égarements qui y ont été introduits. Il arrive en
– 43 –
effet que ce soit des gens étrangers à la religion qui
mettent en place ces matières. Il est donc du devoir
de l’enseignant musulman de ne pas enseigner la
matière scolaire telle quelle, il n’en a pas le droit. Il
faut qu’il dévoile ces égarements aux étudiants, les
mette en garde et expose la vérité à ce sujet. Il ne doit
donc pas se contenter de son rôle d’enseignant mais
doit aussi faire le lien entre ces sciences et l’Islam, et
les purifier des impuretés qui s’y trouvent.
3- Etre dans le même temps qu’un enseignant et
instructeur, un prêcheur, un sermonnaire et un
guide. L’enseignant doit saisir l’occasion chaque fois
qu’elle se présente, d’éclaircir un concept islamique,
de raffermir une croyance, d’expliquer un sujet ayant
trait à l’Islam ou d’enseigner un comportement de
l’Islam et ainsi de suite. La concrétisation de ces
choses implique forcément que les enseignants
rehaussent leur niveau scientifique et religieux dans
beaucoup de domaines, de sorte qu’ils soient à la
hauteur de cette noble tâche par laquelle Allah ()
les a honorés.

– 44

– 45 –
Conclusion
Pour conclure cet écrit, nous abordons enfin, après
le savoir, l’action. Je ne parle pas de l’action qui
bénéficie seulement à son auteur, même si ceci est
certes demandé.
Mais je vise par là l’action qui, en plus de
bénéficier à son auteur, bénéficie à la communauté
musulmane.
Il est de notre devoir de croire en la Vérité et de
l’appliquer en nous-mêmes et le faire appliquer chez
ceux qui sont sous notre responsabilité. Ensuite il ne
s’agit pas de se contenter de cela mais il faut
également inviter les autres et leur ouvrir les yeux
sur la réalité de cette religion, sur la ruée des
ennemis intérieurs et extérieurs contre nous, et sur
l’ampleur du malheur que vit le monde musulman.
Et les peines, les difficultés, le rejet des gens, la
pression, et la guerre des dirigeants – directement
laïciste ou à leur solde – que nous rencontrons, ne
doivent pas nous empêcher de remplir ce rôle. Il est
donc impératif d’œuvrer pour et par cette religion,
de même qu’il est impératif de rassembler les gens
– 46 –
autour des croyances, des paroles et des actes
qu’Allah () et Son Messager () aiment, en étant
prêt à en subir les conséquences pour Allah (). Il
faut également faire le Jihâd dans le sentier d’Allah
et déclarer la guerre à tous ceux qui combattent
Allah () et Son Messager () jusqu’à ce qu’il n’y ait
plus de polythéisme et que la religion toute entière
soit à Allah.
Bien que ne pense pas avoir traité des devoirs du
Musulman comme il se doit, j’espère que ce soit un
rappel pour nous, peut-être qu’Allah nous le rendra
utile…Amin !

– 47 –
Ce livre informe du danger – souvent caché – de la
laïcité, dans un style simple et abordable. Un livre
que le débutant peut comprendre et dans lequel le
vétéran peut trouver une utilité. C’est un livre qui te
présente ton ennemi dressé. Je propose que ce livre
soit diffusé par milliers, dans les universités, les
lycées et les fondations afin que chacun sache de
quoi il en retourne : « C’est ainsi que Nous
détaillons les versets, afin qu’apparaisse clairement
le chemin des criminels1. »

2 réponses sur « Les effets pervers de la laïcité »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s